Titre Photo
Restoration of degraded habitats
Photo
Image
 Cystoseire à petits fruits dans le site N2000 Corniche Varoise | Crédit : Gwenaëlle Delaruelle / Agence française pour la biodiversité
Legende et credit
Cystoseire à petits fruits dans le site N2000 Corniche Varoise | Crédit : Gwenaëlle Delaruelle / Agence française pour la biodiversité
Logo Life N2000 MTES + Code projet fond blanc Aout 2021
Contenu
If you wish to receive information in English about the actions and achievements of the Life project Marha please send your request to life.marha@ofb.gouv.fr
 
 
 
Action C7

Les activités humaines peuvent dégrader les habitats marins. Dans le cadre du Life Marha, des actions sont menées permettant de faire évoluer ces activités pour les rendre moins impactantes et de restaurer les habitats :

- l'installation de mouillages écologiques,

- la production de documents de référence pour accompagner la création de zones de mouillage et d'équipements légers (ZMEL),

- le retrait de macrodéchets et d'épaves,

- la restauration active d'herbiers de zostères par semis,

- la production de documents de référence sur la lutte contre les espèces exotiques envahissantes.

Découvrir la cartographie des actions concrètes de restauration menées dans le cadre de Marha

 

Installation de mouillages écologiques

La grande majorité des bouées qui flottent à la surface de l'océan sont fixées grâce à un corps-mort déposé sur les fonds marins et une chaîne permettant de relier ce corps-mort à la bouée. Ce dispositif corps-mort + chaîne engendre des dégâts importants quand ils sont disposés sur des habitats marins fragiles comme les herbiers de posidonies ou de zostères et les bancs de maërl.

Le corps-mort écrase les habitats et la chaîne qui traîne sur fond au grès des courants, du vent et de la houle, arrache les herbiers. Chaque mouillage endommage 5 à 10 m2 de l'habitat marin sur lequel il se trouve. Remplacer ces mouillages traditionnels est une nécessité pour que les activités nautiques soient compatibles avec la préservation des habitats marins.

En effet, les bouées sont nombreuses en mer et peuvent être de plusieurs types :

  • des bouées de balisage qui indiquent un chenal, une zone réglementée, la bande des 300 mètres,
  • des bouées d'amarrage pour les bateaux.

 

Les dispositifs qui permettent de réduire l'impact du mouillage d'une bouée sur les fonds sont nombreux afin de s'adapter aux caractéristiques et aux contraintes de chaque site (nature des fonds, profondeur, marnage ...). De façon générale, ces dispositifs de mouillage écologiques proposent de réduire le ragage de la chaîne (avec une bouée intermédiaire ou en remplaçant la chaîne pour un bout textile flottant) et parfois de remplacer le corps-mort en béton par une vis enfoncée dans les fonds.

 

A gauche un mouillage traditionnel et à droite un exemple de mouillage écologique où l'on a remplacé le corps-mort et installé une bouée sur la chaine.

 

Documents de référence pour la mise en place d'une ZMEL

Guide pour la constitution d'un dossier de renouvellement ou de demande
d'autorisation d'occupation temporaire (AOT) pour une ZMEL
 

Vous souhaitez mettre en place des installations légères pour le mouillage de navires ou réorganiser un plan
d'eau de façon rationnelle afin d’en améliorer la sécurité et l’impact sur l’environnement ?
Ce document a pour but de vous guider dans cette démarche et de vous aider à recueillir lesinformations nécessaires à l’instruction du dossier.

 

Retrait de macrodéchets

Un macrodéchet est un déchet d'origine humaine visible à l'œil nu. Certains macrodéchets lorsqu'ils sont de taille importante et sont déposés sur les fonds, endommagent les habitats marins :

  • ils causent des dégradations physiques (arrachement d'herbiers et d'algues, écrasement de gorgones et éponges...),
  • ils empêchent l'accès à la lumière ce qui cause la mort des organismes photosynthétiques comme les algues et les herbiers,
  • ils relarguent des polluants,
  • ils modifient la structure de l'habitat ce qui peut causer le développement de nouvelles espèces concurrentes.

Dans le cadre de Marha, plusieurs retraits de macrodéchets ont été menés comme :

 

 

Restauration active par semis d'herbiers de zostères

Les herbiers de zostères du Bassin d’Arcachon ont subi une importante régression sur les 20 dernières années. La restauration des surfaces et fonctionnalités écologiques des herbiers de zostères est un objectif porté par le plan de gestion du Parc naturel marin du Bassin d’Arcachon, gestionnaire du site Natura 2000 Bassin d'Arcachon et cap Ferret.

Une méthode de restauration active par semis, développée et utilisée avec succès aux Pays bas en mer de Wadden semble particulièrement opportune pour le Bassin d’Arcachon. Le Parc naturel marin s’est donc rapproché de cette équipe et a réalisé les études préalables nécessaires pour mettre en place cette méthode localement.

En savoir plus

 

Documents de référence pour la lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Lutte contre la Spartine américaine

Ce guide est principalement destiné aux gestionnaires d’espaces naturels confrontés à la présence de spartines non indigènes dans leurs sites. Même s’il concerne principalement la Spartine américaine, il peut également s’appliquer aux autres spartines non indigènes dans la mesure où elles se développent selon le même processus et sur les mêmes types de milieu.

 

 

Cartographie des actions de restauration Marha

Passer sa souris sur les punaises pour en savoir plus