Titre Photo
Évaluer
Photo
Image
Grande nacre (Pinna nobilis) dans un herbier de zostères marines (Zostera marina) dans le site N2000  Étang de Thau et lido de Sète à Agde | Crédit : Mathieu Foulquié
Legende et credit
Grande nacre (Pinna nobilis) dans un herbier de zostères marines (Zostera marina) dans le site N2000 Étang de Thau et lido de Sète à Agde | Crédit : Mathieu Foulquié
Logo Life N2000 MTES + Code projet fond blanc pour page d'accueil
Logo Marha
Contenu
titre niveau 1
Évaluer l'état de conservation des habitats marins

Cet état dépend de la composition spécifique des habitats, de leur dynamique d’évolution, de leur superficie, de leur sensibilité aux pressions, mais aussi de l’efficience des fonctions écologiques qu’ils assurent pour l’équilibre de l’ensemble du milieu marin. L'évaluation de l'état de conservation des habitats marins, réalisée par l’UMS PatriNat (MNHN-AFB), repose sur une méthode scientifique éprouvée, partagée avec les autres États européens, et faisant intervenir la plupart des spécialistes nationaux de l’étude des communautés benthiques.

titre niveau 1
Évaluer les services écosystémiques des habitats

Les habitats marins sont indispensables pour notre santé, notre qualité de vie et le maintien de notre
économie. Identifier précisément les services rendus par les habitats et anticiper la façon dont ils seront
impactés par l'évolution des activités permettra de disposer d’arguments pour soutenir la mise en place
de mesures de protection effectives. Ces informations seront également importantes pour susciter un
engagement collectif en faveur des habitats marins.

titre niveau 1
Évaluer les usages et les pressions qui interviennent sur les habitats

Les habitats n’ont globalement pas besoin d’être gérés, ce sont les usages qui s’y pratiquent et les pressions qui s’y exercent qui doivent l'être. Pour cela, Marha utilise des méthodes déjà établies d’identification et de classification des différentes pressions identifiées sur les habitats marins, de caractérisation de la sensibilité des habitats à ces différentes pressions, puis à l’évaluation de ces pressions par des études locales de quantification des usages. Ce travail permet d’identifier les secteurs sur lesquels les cumuls de pressions sont supérieurs à la tolérance des habitats naturels et imposent des mesures de réduction de pressions.